FABRIQUE DE CHAPEAUX COUSTILLERES S.A

Posté dans : Uncategorized | 0

HISTORIQUE

    Septfonds, petite commune du Tarn et Garonne (82) dans le sud de la France, débuta dans l’industrie du chapeau de paille dans les années 1798. Sa population était à l’origine de 850 habitants pour s’élever progressivement à 2200. Ce village regroupait vingt cinq usines qui occupaient 2000 ouvriers des deux sexes.
Son industrie chapelière donne lieu à un trafic considérable d’expéditions de marchandises brutes et de produits confectionnés. Il est expédié plus de 75.000 colis représentant une valeur de 3.500.000Francs.

    C’est une femme, Pétronille Cantecor, qui la première eut l’idée de tresser la paille, et d’en confectionner des chapeaux. Tandis que, simple bergère, elle menait paître ses brebis, assemblant par pure distraction des brincs de joncs ou de paille qu’elle cueille le long des champs, ses doigts les entrelacent, les tricotent en lisières, comme si elle faisait du bas. Ainsi naquit la première tresse.
De ces bandes de tresses cousues entre elles, Pétronille Cantecor se fit un chapeau. Passée maîtresse dans la partie, elle a bientôt constaté que la paille des endroits secs et pierreux, plus fine, plus blanche convenait mieux à la fabrication. C’est dans le Causse qu’elle propage son idée et forme ses premières élèves.
La population intelligente et active, industrieuse par nature, suit l’exemple de Pétronille et les premières Maisons de Septfonds commencent à s’établir.


Alors commence un vrai commerce et la tresse plate de Septfonds fait son apparition dans la chapellerie. D’autre part, à Lalbenque, Caylus, Puylaroque, les foires s’animent. Autour des voitures capotées des commerçants de Septfonds, les vendeuses venues de tous côtés affluent. Pendant une, deux heures c’était un vrai coup de feu, où se brassaient de fortes affaires.


Toujours à l’affut des améliorations qui s’opèrent de jour en jour, le système Legat succède à la machine Mathias. Puis viennent les vapeurs à haute et basse pression, et presque aussitôt les presses à gaz.
L’invention des machines à coudre (1875-1876) apporte un nouvel appoint à l’industrie chapelière et facilite la rapidité et l’accroissement de la production.

– 1920: Monsieur Coustilléres Marius crée sa propre chapellerie et implante l’usine rue de l’industrie à Septfonds et ne fabriquera que des chapeaux de paille.

– 1948: Monsieur Coustilléres Louis ouvre une nouvelle usine et s’agrandit pour déménager en 1960 sur les lieux actuels.

– 1981: Monsieur Coustilléres Jean-Claude développe de manière très importante l’usine de son père, procède à la diversification de sa collection en adjoignant les chapeaux de feutre, de mode, haut de gamme et folklorique. Aujourd’hui sa production est connue dans le Monde entier et son savoir faire lui a permis de travailler avec de nombreux stylistes de la Haute Couture Parisienne.

 

 

 

ATELIER DE COUTURE

               

ATELIER DE GARNISSAGE


               


               

ATELIER DE PRESSE


               


               

STOCKS ET EXPÉDITIONS